30.11.2010

Les migrants, acteurs et groupe cible d’une future politique de la vieillesse

Ceux que l’on appelait les « travailleurs invités », originaires d’Italie et d’Espagne, sont désormais à la retraite. Ces migrants font les frais d’une politique d’intégration déficiente de la Suisse à l’époque de leur arrivée, et d’un dur labeur à des postes en bas de l’échelle salariale : les migrant-e-s âgé-e-s sont souvent en moins bonne santé et plus touché-e-s par la pauvreté que leurs contemporain-e-s suisses. S’ajoutent à cela des barrières linguistiques ou un déficit d’information qui rendent plus difficile l’accès à l’aide à la vieillesse. Des mesures ont été préconisées lors d’une conférence organisée par le Forum national âge et migration pour améliorer la situation de ces personnes.

La Suisse compte environ 130 000 migrant-e-s qui ont atteint l’âge AVS. Bon nombre d’entre eux sont arrivés durant les années d’après-guerre et ont contribué à l’essor économique de notre pays. Leur main-d’œuvre était requise mais leur intégration n’était pas prévue. Concrètement, cela signifie que le regroupement familial était interdit jusqu’au milieu des années 60. Il aurait semblé utopique aux migrant-e-s d’autrefois de bénéficier des offres actuellement proposées, telles que des cours de langues.

 

Estime – suppression des obstacles – participation aux décisions

Nul ne peut réécrire l’histoire d’une politique d’intégration inexistante. Le Forum national âge et migration a toutefois présenté lors de la conférence de ce jour des approches sur la manière de relever les défis de la future politique de la vieillesse en Suisse.

 

Les migrant-e-s qui sont aujourd’hui à la retraite ont fourni une précieuse contribution au développement économique, social et culturel de notre pays. « Et c’est précisément à ces contributions qu’il convient de rendre hommage sous la forme d’une politique de la reconnaissance », selon la conseillère aux Etats Christine Egerszegi, présidente du Forum national âge et migration.

 

Le Forum national âge et migration est d’avis que les structures d’aide à la vieillesse, ambulatoires et stationnaires, doivent s’ouvrir de manière ciblée aux migrant-e-s âgé-e-s.

Avec par exemple des offres de consultation accessibles à tout le monde, dans la langue maternelle des personnes concernées, ou avec une formation de base/formation continue de spécialistes ayant un passé migratoire. De par leur histoire, les communautés de migrants vivant en Suisse disposent d’une vaste expérience des questions d’intégration et de participation, ainsi que d’un potentiel élevé d’auto-organisation. La collaboration avec les organisations de migrants doit être renforcée tant du point de vue du contenu que financier. Leur participation au développement et à la mise en place de nouveaux modèles du travail lié à la vieillesse est essentielle.

 

Les migrant-e-s âgé-e-s qui ne sont pas naturalisé-e-s sont d’emblée exclu-e-s du dialogue politique. Il y a lieu de faciliter et de promouvoir leur participation politique sur la scène nationale, cantonale et communale par le biais de moyens ciblés.

 

Pour de plus amples informations sur la conférence :

www.age-migration.ch,

www.pro-senectute.ch/fr,

www.redcross.ch > Actualités > Dossiers

 

Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtreLien pour télécharger la documentation visuelle

 

Ouvre un lien interne dans la fenêtre courantePlus d‘informations

 

Contact pour les médias :

 

PRO SENECTUTE SUISSE

Judith Bucher, responsable des médias

Lavaterstrasse 60, case postale, 8027 Zurich

Téléphone : 044 283 89 57 Fax : 044 283 89 80 Natel : 079 458 39 49

E-mail : Ouvre une fenêtre pour la rédaction d'un mailjudith.bucheranti spam bot@pro-senectuteanti spam bot.ch

 

CROIX-ROUGE SUISSE

Heinz Heer, responsable communication du Département santé et intégration

Werkstrasse 18, case postale, 3084 Wabern

Téléphone : 031 960 75 28 Fax : 031 960 75 60 Natel : 079 689 69 00

E-mail : Ouvre une fenêtre pour la rédaction d'un mailheinz.heeranti spam bot@redcrossanti spam bot.ch